La vérité libère

Information - Action - Libération !

Stéphanie, Infirmière Anesthésiste_épisode 2_partie 2

Comment l’hôpital m’a tuée ou la désillusion d’une infirmière_épisode 2, 2ème partie : l’interim

Me voilà partie dans la frénésie de l’intérim, un vent violent de liberté s’abat soudainement sur moi pour mon plus grand bonheur. J’ai la sensation de me sentir libre, de pouvoir partir et revenir à ma guise, partir pour travailler mais partir aussi pour découvrir. Découvrir quoi ? Des lieux, des  personnes, un climat, différentes cuisines, des sports… Ces sensations sont merveilleuses, comme si chaque cellule, chaque fibre de mon corps vivait cette expérience !

Ce souffle de liberté m’envoie au club Med en Turquie, à Kemer, en bord de mer. C’est l’occasion d’une expérience en tant qu’infirmière dans un village club, au sein d’un cadre idyllique.

Il faut gérer les incidents du quotidien, du bobo à la noyade, du rapatriement sanitaire à l’arrêt cardiaque. Si le service de santé n’est pas rentable, il faut qu’il soit le moins déficitaire possible, (ça ne vous interpelle pas quelque part cette notion ?)… Pour cela nous vendons les médicaments et tout le matériel nécessaire aux soins. Nous gérons la pharmacie et les comptes. Nous sommes en relation avec des médecins locaux et une clinique privée. Nous participons bien évidemment à la vie du village : spectacles, « crazy sign », passages fruits sur la plage, accompagnement à l’aéroport… Que de souvenirs !! Quelle chance, quelle expérience !!

Une nouvelle bourrasque me projette quelques mois plus tard en Suisse. Une ombre se profile. L’hôpital qui me reçoit demande mon dossier administratif, dossier que mon ex-hôpital ne voudra pas transférer ! Je vais donc avoir des difficultés à trouver un poste à cause de cette histoire qui me poursuit. A ce moment-là, je prends conscience des répercussions que va provoquer mon expérience professionnelle de jeune diplômée sur le long terme.

J’ai encore en mémoire la réflexion de la personne de l’agence d’intérim en Suisse : « Ils ne veulent pas transférer votre dossier, mais que s’est-il passé ? », signifiant sans aucun doute qu’il devait y avoir une mauvaise histoire à cacher…

Cette séquence laissera une trace au fer au rouge dans mon âme, le mot « hôpital » évoquera toujours pour moi, une hiérarchie dangereuse incluant des relations compliquées, venant bousculer le vrai métier de base : le soin.

Malgré tout je décroche un premier contrat. En Suisse, je découvre un autre système de soins, une autre façon de travailler. Je découvre l’univers de la montagne, la rando, avec nuit en refuge, les glaciers, et tant de paysages magnifiques, le parapente…

Ah !! Le parapente !! J’ai volé !!! La Sensation Ultime pour quelqu’un épris de liberté !!! J’étais mon héroïne. Des cours sur les thermiques (les vents et les courants) à la pente école (cours d’exercices pratique d’apprentissage du vol), je commence par faire des petits bonds, sauts sur terre comme en apesanteur, avant de m’envoler ! Extraordinaires sensations !!

Dans la structure de vie l’ambiance est très sympathique. Un mix d’étudiants en médecine, étudiants paramédicaux, intérimaires de tous corps professionnels, tous logés au même étage avec partage des lieux de vie. L’impossibilité d’être seule, la fête, les rencontres, les aventures, les diverses expériences. Je travaille tout de même !

Ici, les services ne sont pas organisés en fonction des pathologies mais du régime de l’assurance maladie choisi par le patient. Il y a 3 régimes (les communes, les semi-privés et les privés, déterminés par des cotisations des moins chères au plus élevées). Je suis chez les communes et semi-privés, dans certaines chambres on trouve jusqu’à 6 patients, telle une colonie ! On ne mélangeait pas les genres, tout de même ! Nous sommes en 1997.

Si j’apprécie la vie en Suisse, les rythmes et cadences du poste ternissent mon enthousiasme du début. Le ciel s’assombrit.

Le travail est intense, fatigant. Nous faisons tout, de la toilette aux soins en passant par les repas car il n’y a pas d’aide-soignant. De la chirurgie à la médecine avec quelques lits de pédiatrie, il faut être calé sur tout, s’adapter aux médecins et chirurgiens, ainsi qu’aux patients ; jouer la serveuse pour certains patients semi privés. J’avoue que ce n’est pas toujours facile. En réalité, ces pratiques n’entrent pas dans ma conception du soin.

Ici ou ailleurs le métier est toujours aussi éprouvant. Le salaire ne compense pas les difficultés.

J’ai particulièrement apprécié cette expérience de vie et j’en garde beaucoup de bons souvenirs.

Néanmoins le statut d’intérimaire n’est pas toujours facile à assumer, d’autant, je crois, que l’on m’envie mon style de vie, ma liberté.

Un mot sur les temps partiels qui sont très facilement accordés ici et concernent tous les pourcentages ; contrairement à ce que nous pouvons connaître chez nous, où demander un temps partiel quand on n’a pas d’enfant en bas âge, de maladie, ou une bonne raison, n’est pas accordé et apparaît même saugrenu.

Le vent tourne à nouveau, sitôt les contrats terminés chez les helvètes je rentre en France et là je pense changer d’activité.

Diplômée depuis 4 ans, j’aime infiniment mon métier mais je le trouve beaucoup trop éprouvant physiquement et moralement.

Stéphanie

Stéphanie, Infirmière Anesthésiste
Stéphanie, Infirmière Anesthésiste, épisode 2

Si vous n’avez pas encore lu mes articles précédents, c’est ici => 

Comment l’hôpital m’a tuée ou la désillusion d’une infirmière_épisode 1, 1ère partie

Comment l’hôpital m’a tuée ou la désillusion d’une infirmière_épisode 1, 2ème partie

Comment l’hôpital m’a tuée ou la désillusion d’une infirmière_épisode 1, 3ème partie

Comment l’hôpital m’a tuée ou la désillusion d’une infirmière_épisode 2, 1ère partie

Vous souhaitez soutenir les soignants suspendus ?
Contactez ces organismes :
=>Syndicat Liberté Santé : https://www.syndicat-liberte-sante.com/

=>Reinfo Covid : https://reinfocovid.fr/

=>Covisions : https://covisoins.fr/

#ReintegrerLesSoignants

Partager l'article sur les réseaux pour contribuer à la diffusion de l'information :
0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x